Rencontre avec Tiphanie Pradier

6 octobre 2015 - 08:32

Cette semaine Tribune 2 Foot est allé à la rencontre de Tiphanie Pradier joueuse polyvalente du club historique FA Marseille*. En effet, le club de la ville de Marseille a été fondé en 1970 et permet de faire évoluer depuis plus de 40 ans des joueuses au sein de ses différentes équipes exclusivement féminines (Division 2).
Milieu de formation, la native d’Ermont (95) peut jouer aussi bien latéral que sur les cotés ou dans l’axe du milieu de terrain. À 22 ans seulement, elle fait preuve d’une grande maturité, toujours au service du collectif, c’est tout naturellement que Tiphanie Pradier s’est livrée exclusivement à la rédaction de Tribune 2 Foot.

Comment as-tu découvert le football ?

J’ai découvert le football grâce à mon père, c’était un ancien joueur et toujours un grand fan. Du coup, j’ai toujours été attirée par ce sport et j’ai eu la possibilité d’y jouer assez tôt au parc puis assez vite en club.

Peux-tu nous retracer ta formation ?

J’ai commencé le football au sein de mon club formateur, Montigny-les-Cormeilles à l’âge de 7 ans avec la catégorie des poussins puis j’ai signé au Paris-Saint-Germain. J’ai grandi là bas, j’ai joué dans plusieurs catégories : les -13 ,  les -16, la DH, les u19 nationaux… J’ai eu la chance de pouvoir quelque fois m’entraîner avec la D1. Mais au bout de 10 ans la DH ayant fermé, je suis partie jouer à Montigny le Bretenneux pendant deux ans , dont une année en D2.

Pourquoi le PSG ne t’a pas gardé ?

Sûrement parce que je n’avais pas  le niveau… J’ai jamais eu réellement ma chance mais à cette période aussi le PSG était entrain de prendre un nouveau tournant où les jeunes n’étaient pas une priorité.

Pourquoi avoir rejoint le FA Marseille cette saison ?

J’ai décidé de rejoindre le FA Marseille cette saison, car je m’y suis très rapidement sentie à l’aise. En effet, les filles avant même ma signature au sein du club m’ont très bien intégrées, et m’ont données l’envie de bien faire et de tout donner pour ce club. Au delà du fait que c’est une passion, ces filles jouent avec leur cœur et leur âme , c’est une famille qui se bat ensemble et joue les unes pour les autres. Elles ont dû faire face à beaucoup de choses sans jamais lâcher. Il faut aussi dire que l’ambiance, qui est très bonne, m’a décidée. En effet, on travaille sérieusement mais on sait aussi rigoler. Certaines joueuses, ont une très grande expérience et d’autres beaucoup de qualités techniques. Ce club réunissait tout ce que je recherchais, c’est une famille, ce sont des guerrières, de très bonnes joueuses avec une bonne mentalité.

12081490_10207674872209870_1445934460_n

Le FA Marseille a terminé 7ème du championnat l’an passé, quels sont les objectifs du club cette saison ?

Cette année les projets du club sont très simple : le maintien lié à la grosse réforme de D2** chaque match se joue comme une finale. Cependant avec les nouvelles recrues et le retour des nombreuses blessées de l’année précédente on pense pouvoir jouer les troubles-fête.

** (A l’issue de la saison 2015/2016, 6 clubs sur 12 par groupe de Division 2 vont être relégués dans le cadre de la réforme des championnats qui prévoit un passage de 36 à 24 clubs pour la D2.)

La réforme de la D2, bonne ou mauvaise idée ?

Je ne suis pas pour. Je trouve que c’est un peu dur comme réforme. C’est déjà compliqué pour les clubs de monter alors cette année c’est encore plus dur vu que 6 clubs descendent… Il ne fallait pas enlever la D3 au moins il y avait un niveau entre DH et D2, là c’est une très grosse réforme qui peut faire disparaître des clubs

Vous disposez d’un des plus petits budgets de votre groupe (D2 Groupe C), comment se déroule le travail au quotidien ?

C’est parfois compliqué car il faut essayer d’adapter nos entraînements à nos rythme de vie, la journée les filles dans l’ensemble travaillent ou suivent des études, c’est pas toujours simple d’enchaîner. Nos conditions ne sont peut être pas aussi bonnes que d’autres donc c’est sûr qu’avoir plus de moyens ne se refuserait pas même si on ne ressent pas toujours ce petit budget.

12064512_10207674948771784_1849527036_n

La création de la section féminine de l’OM vous fait-elle de l’ombre ?

En tant que nouvelle au FA Marseille je dirais oui et non.
Oui car sa création a beaucoup fait parler, la section de l’OM a eu rapidement de gros moyens tandis qu’un club comme le FA Marseille qui est là depuis plus longtemps se bat justement depuis plusieurs années pour exister. C’est encore plus dur aujourd’hui avec la grosse médiatisation de l’OM au détriment des autres clubs.
Non car le FA Marseille, s’est fait sa place et son nom au sein de la D2, plus par ses propres moyens, mais son côté famille et sa combativité plaît aussi à de nombreuses joueuses.
Cela dépend de quel type de joueuses nous sommes et ce pourquoi nous voulons jouer.

Tu as inscrit deux buts dernièrement contre Toulouse, Comment te sens-tu en ce début de saison ?

Je me sens mieux que jamais que ce soit physiquement ou techniquement, la préparation se déroule très bien, les filles m’intègrent de la meilleure des façons. De plus, pouvoir partager des matchs avec des filles qui ont de l’expérience et des qualités est rassurant. Cela donne envie de s’en inspirer pour progresser. J’ai eu la chance de pouvoir débuter ma saison de la meilleure des manières avec deux buts maintenant rien n’est fait, il faut continuer à travailler et confirmer tout ça.

Que fais-tu en dehors du terrain de football ?

J’ai arrêté les études depuis deux ans je me suis donc mis au travail, et je suis animatrice dans les écoles ou centres aérées. Sur Marseille j’ai trouvé un poste d’adjointe d’animation .

Que penses-tu de la médiatisation du football féminin ?

Tout simplement qu’il était temps (rires). Non vraiment c’est une très bonne chose, ça fait  plaisir de se sentir regarder et d’avoir l’impression d’exister au sein d’un sport que l’on dit réservé aux garçons. De plus, on peut remarquer qu’il existe d’excellentes joueuses de foot. Maintenant il ne faut pas s’arrêter là, il faut continuer à pousser car elle reste encore minime comparé aux garçons. Mais c’est déjà un grand pas de fait que personne ne pensait réalisable quelques années auparavant.

À l’instar du football masculin penses-tu qu’un statut professionnel pourrait arriver prochainement dans la D2 féminine ?

J’aimerais y croire mais j’y doute fortement ou du moins ce n’est pas pour demain. Quand on voit que certains clubs de D1 lutte encore pour un statut professionnel… Il faudrait pour ça que les clubs aient les même moyens ou du moins s’en approchent ce qui est loin d’être une tâche facile c’est pourquoi je pense que cela peut arriver mais il faudra être patiente .

Quels sont tes objectifs à court et moyen terme ?

Tout donner pour l’équipe et le club, me faire plaisir et jouer le mieux possible. Acquérir de l’expérience et continuer de progresser, je ne me suis pas donné de but personnel mais j’espère tout simplement atteindre ceux demandés par le club et faire une bonne saison, le reste sera que du plus.

Propos recueillis par Flavien Barbereux

* Des joueuses reconnues internationalement sont passées par ce club et notamment Louisa Necib (Olympique Lyonnais) et Caroline Pizzala (PSG), toutes deux sélectionnées en équipe de France mais aussi Elodie Ramos qui évolue en Division 1 à Montpellier et Jessica Houara au PSG. Avec près de 140 licenciées, le club possède l’un des plus gros vivier de joueuses de la région et se place dans le top 10 en France ! L’effectif : 1 EFF avec 35 enfants de 6 a 10 ans, une équipe U14F a 8 district, une équipe U17F a 11 ligue, soit a ce jour 123 joueuses dont 81 filles de U6F a U17F et 42 filles U18F/U19F/U20F/seniors Source : site officiel du FAMF Marseille http://www.famf.fr

12071415_10207674948891787_1428928687_n

Commentaires

CONTACT

SAISON 2016-2017

Le FAM Féminin recrute dans toutes les catégories

Contactez la personne référente pour avoir plus d'informations.

Cyril Caléca (U15F à Séniors) 06.74.98.63.07

Claude Cocchi (U6F à U14F) 06.23.92.08.10